Toute l'actualité d'HabboCity se trouve ici !


Information de la part de l'administration :

Les recrutements sont ouverts sur CITYWISH, bonne chance à tous !

  Nous avons tous une expérience particulière avec les films d’horreur, quelque chose qui nous relie à eux par d’étranges et étriqués liens qui parcourent notre enfance et notre adolescence. Ce moment tellement unique ou nous regardons pour la première fois LE film qui nous marquera à vie. Le but de ces rubriques cinématographique est de vous présenter des films qui ont pu me marqué, de vous les partager et de vous inviter à aller les regarder.

Mais aujourd’hui, pour le premier article du genre, et pour coller avec le thème environnant, nous allons parler d’une série de films qui a pu en marquer plus d’un et qui pourtant, n’est à mon goût pas suffisamment reconnu actuellement : Hannibal.


Hannibal est une tétralogie (4) de roman sortie entre 1981 et 2006 écrite par Thomas Harris. Dans l’ordre nous retrouvons : Dragon Rouge (1981), Le silence des Agneaux (1988), Hannibal (1999) et enfin, Hannibal, Les origines du mal  (2006).

Ces livres ont été adaptés au cinéma par plusieurs réalisateurs, à plusieurs reprises, et dans des qualités très différentes. Dans l’ordre : Manhunter (1986) de Micheal Mann, Le Silence des Agneaux (1991) Jonathan Demme, Hannibal (2001) de Ridley Scott, Dragon Rouge – un remake de ManHunter- (2002) de Brett Ratner et enfin Hannibal Rising (2007) de Peter Webber.

Aujourd’hui on retient d’avantage le Silence des Agneaux comme figure de proue de la quadrilogie de films. Nommé aux oscars et ayant reçu d’autant plus d’éloge que des 4 autres congénères. Cela est notamment du à la parfaite interprétation de Jodie Foster dans le rôle principale de Clarice Sterling, une jeune enquêtrice du FBI qui doit apprendre à faire ses preuves dans un monde de rapace élevé aux testostérone en arrêtant un criminel dépeceur avec l’aide d’un ancien psychologue raffiné, aujourd’hui psychopathe meurtrier cannibale : Hannibal Lecteur (M.D.).

Nous passerons vite sur Manhunter et Hannibal Rising, qui sont tout de mêmes de bons films sans plus. L’un expose les bases des 4 prochains films sans se permettre des  folies extravagantes, l’autre est un pompage de ses 3 derniers prédécesseurs et joue sur la nostalgie et le succès des précédents films.

Ce qui nous intéresse ici, c’est le cœur de la Quintalogie Hannibal Lecteur, c'est-à-dire les dits 3 films. Dans un premier temps, revenons sur le Silences des Agneaux, qui en plus d’avoir fixé des bases aux films Thriller-Horreur, se permet de jouer avec la démence et le chaos comme personne. Ici les Psychopathes ne sont pas des hommes plus fous que d’autres : Ce sont des Dieux, des hommes qui sont devenus des monstres, et qui ne peuvent être arrêté que par d’autre Monstre. Comme présenter précédemment nous retrouvons Clarice Sterling en héroïne de ce récit morbide. Une véritable femme forte, le film ne met pas en avant une couche grasse et lourde de féminisme avant-gardiste, non : il nous montre un personnage qui pourrait être tant un homme qu’une femme dans le fond, mais qui avant tout est juste ce qu’on attend : Un flic avec ses failles, ses faiblesses, ses points faibles. Jodie Foster a su jouer le naturelle dans ce films, des réactions qui pourraient être les nôtres dans un tel aillant de monstruosité. C’est un personnage intelligent mais humain, et surtout incroyablement parfait dans son écriture. Ce qui aujourd’hui encore est le cas, car Clarice Sterling, grâce à l’interprétation de Jodie Foster, se classe encore dans le TOP 10 des héroïnes fortes de la pop culture selon diverse sondages.

  Néanmoins, ce qui relie les 3 films, malgré leurs réalisateurs multiple. C’est l’ambiance et le ton porté par le personnage Clef : Hannibal Lecteur. Un psychologue fin, raffiné, qui aime l’Opéra et les dîners mondain, jamais énervé, jamais en colère, toujours présentable et sympathique. Il attire alors ses proies, qui le sont pour plusieurs raisons (Un flûtiste qui saccage l’harmonie d’un orchestre, une ravissante femme qui aborde une laideur interne, etc.), avec ce raffinement et cette élégance, puis il les tues et il les déguste.

Oui, j’emploie le mot déguste, parce que ce qui caractérise l’horreur dans ce films, hormis les plans magiques de tension et la photographie sombre et cassante (qui ne changent pas d’un film à un autre, preuve que c’est bel est bien l’ambiance du livre et non celle des réalisateurs), c’est le naturelle de Lecteur à déguster des choses humaines. La folie à l’état pur. La peur psychologie de voir et de ressentir indirectement l’odeur alléchante et le goût délicat de choses qui ont l’air excellent : Mais qui sont dû à la pire des horreurs. On ressent ça à chaque scène ou Lecteur apparaît. C’est lui la peur, c’est lui la tension. Même dans les films ou il n’est pas l’antagoniste principale, il reste l’élément qui, à tout moment, peut transformer le monde en chaos. Et tout cela interprété avec Brio par Anthony Hopkins.

Pour finir j’aimerais vous recommander chaudement la série Hannibal en 3 saisons qui reflète les talents et l’atmosphère des films, tout en rendant un coup de jeune à l’œuvre originale. C’est une bonne série, sans plus, mais qui, toutefois, permet de se plonger dans les films et les livres avec une envie… Dévorante.

Nous espérons que cette présentation vous a plu, vous pouvez laisser en commentaire un film que vous aimeriez voir dans ces rubriques et /ou votre film d’horreur préféré ! Nous nous retrouvons bientôt pour d’autres chroniques cinémas !

LYMK-
Rédacteur officiel de CITYWISH
Il faut être connecté pour pouvoir commenter !
Cold
Il faut absolument que tu continues cette série d'article ! :)
Miiralle
Cool et j'aime trop l'article est bg